Dans la Tunisie d’aujourd’hui, un ensemble diversifié de processus socio-spatiaux génère la circulation contestée des chaussures fripées dans et au-delà de l’espace offshore d’une seule ” usine de tri “. Les trajectoires de ces matériaux mis au rebut sont façonnées non seulement par des mécanismes distincts de valorisation dans et pour les marchandises de chaussures qu’ils contiennent, mais aussi par un réseau complexe d’accords qui permettent des “fuites” de chaussures fripées depuis l’espace offshore de l'”usine de tri” vers divers marchés et boutiques.

L'”usine de tri”, ou “SITEX” comme on l’appelle en arabe, a été fondée dans les années 1970 et est devenue depuis un lieu important pour la production d’une gamme de marchandises de fripe. Le triage et l’emballage de matériaux importés, dont les chaussures de fripe, génèrent des processus distincts de production de valeur. L'”usine de tri” est donc une entité productive à part entière et confère un pouvoir considérable aux faraza expérimentés qui travaillent sur les tapis roulants du site. Les décisions de tri prises au SITEX sont ainsi à la base de trajectoires de circulation différenciées qui s’étendent depuis les portes de l’usine, puisque les faraza revendent la marchandise en chaussures fripées grâce à leurs relations de confiance avec les vendeurs de rue et autres commerçants qui exploitent de plus petites “boutiqat” (boutiques) ou périphéries de marché.

Si la plupart des chaussures fripées qui entrent dans la “fabrique de tri” n’entrent jamais dans les stocks du SITEX, elles peuvent néanmoins circuler sur le marché intérieur tunisien. Ces ” fuites ” sont rendues possibles par un ensemble complexe de ” droits de sortie ” ou de taxes informelles qui sous-tendent la circulation des fripes de l’usine aux entrepôts de gros et aux petits marchés des villes tunisiennes.

En raison de ces ” frais de sortie ” et des mécanismes complexes de réappropriation de type fiscal qui caractérisent l'” usine de tri “, les chaussures fripées circulent dans le paysage urbain tunisien comme une marchandise risquée, mais aussi particulièrement précieuse. L'”usine de tri” et la “rue des baskets” spécialisée de Bab El-Falla constituent toutes deux des “sites” pour des processus complexes de réattribution de valeur aux chaussures fripées, où différentes “catégories de valeur” sont séparées, classées et emballées sur la base de différents enjeux sociaux et économiques.

La boutique de Fethi est située dans une rue étroite et animée du marché de Bab El-Falla où il vend des chaussures de sport d’occasion. Le samedi matin, l’entrée de son magasin est constamment encombrée de clients à la recherche de produits alimentaires et de personnes souhaitant acheter des vêtements et des chaussures d’occasion.

À la fin de sa journée de travail, il récupère le reste des baskets qui n’ont pas été vendues et les livre à plusieurs “nassaba” (vendeurs de rue) locaux. En général, ces nassaba revendent les chaussures sur les trottoirs ou dans des ateliers de couture tenus par des femmes à la périphérie de la ville.

Il explique que les nassaba reçoivent une part des bénéfices de son magasin, mais ne prennent généralement qu’un certain pourcentage des invendus. Il remet également en main propre une partie des restes à ce qu’on appelle les “faraza”, des femmes qui viennent régulièrement au marché après la fermeture ou avant les nouvelles livraisons pour trier ses marchandises et les acheter à un prix de gros réduit.

Deux matins par semaine, Fethi participe à des événements de type “halan al-bala” ou “ouverture de balle” au cours desquels il dévoile son dernier stock de chaussures fripées aux clients. Au cours de ces marchés ritualisés bihebdomadaires, les vendeurs de chaussures et leurs clients s’engagent dans une forme de travail d’évaluation qui consiste à évaluer la qualité et la valeur marchande des chaussures qu’ils proposent. Cette performance collective d’évaluation accélère les transactions et permet aux marchands de chaussures comme Fethi de compenser leur investissement dans la marchandise fraîche en réalisant l’essentiel de leurs bénéfices deux matins par semaine.